Test de la Montre M400 de Polar

Polar M400 test et avis

En février, j’ai reçu un très beau cadeau de Saint-Valentin : la montre M400 et sa ceinture capteur. Depuis, elle m’accompagne dans toutes mes activités sportives ou presque.
Je m’en sers essentiellement pour la course à pied. Pour l’instant, je n’utilise toutes ses possibilités à fond, mais, j’en découvre de nouvelles presque à chaque utilisation.

La prise en main est très facile, il n’y a que 5 boutons : lumière, retour, haut, bas et démarrer.

Polar M400 test et avis

Sur Instagram, j’ai remarqué que la montre est plus utilisée pour des entrainements de type cardio en salle, crossfit que pour la course à pied, mais, personnellement, elle répond à tous mes besoins et j’en suis pleinement satisfaite.
D’ailleurs, vous pouvez ajouter un nombre incalculable de sports à votre mon montre : course à pied, course sur route, randonnée, cricket (oui, oui, vous lisez bien 😉 ), yoga, natation, trail et bien plus encore. Tous ces profils ont des réglages par défaut que vous pouvez modifier à votre guise. J’espère qu’une prochaine mise à jour nous amènera un profil course à obstacles 😉

C’est une très bonne montre et son GPS est très précis, ce qui vous permet de suivre votre évolution sur différents parcours. À noter cependant, qu’il vaut mieux activer votre GPS d’avance pour qu’il capte du signal car cela peut-prendre beaucoup de temps à s’enclencher. Ainsi, lors de la Color Me Rad, le GPS s’est enclenché bien après le départ, je n’ai donc pas pu avoir le parcours complet.

Vous pouvez également porter la montre pour suivre vos activités de la journée : nombre de pas, temps en activité, temps passif etc. Si vous la portez la nuit, elle évaluera la qualité de votre sommeil.
Personnellement, j’ai une vraie passion pour les montres « classiques » donc je ne pourrais pas porter ce genre de montre au poignet à longueur de journée, même si ces fonctionnalités sont très intéressantes.

La plateforme utilisée pour traiter vos statistiques est Polar Flow  (vous pouvez d’ailleurs m’ajouter). Elle est très complète et vous permettra de vous rendre compte de vos progrès très facilement. Seul petit bémol : le partage sur les réseaux sociaux est impossible :-( Il faut exporter vos données vers une application tierce comme Strava (d’ailleurs, je constate que l’exportation des calories ne fonctionne jamais correctement). D’après moi,  Polar va sûrement intégrer cette possibilité dans une prochaine mise à jour car, soyons honnête, c’est le fun de partager ses statistiques sur les réseaux sociaux 😉

Vous pouvez synchroniser votre montre avec un câble USB à votre MAC ou PC mais il existe également une application Polar Flow à laquelle vous pouvez connecter la montre via Bluetooth et synchroniser vos données.

En juin, je compte réintroduire la natation à mon entrainement, ce sera donc pour moi l’occasion de tester le profil natation puisque la la M400 est étanche à 30 m. Évidemment, les statistiques seront un peu moins précises que pour la course à pied puisque je ne pourrais pas utiliser la ceinture capteur.

Pour terminer, une remarque qui tient plus du détail qu’autre chose : j’ai reçu le modèle blanc, si vous hésitez entre les deux couleurs en vous disant que le blanc et plus salissant, il n’en est rien ! J’ai utilisé ma mon montre lors de la Color Me Rad, elle était de toutes les couleurs en rentrant, mais, est redevenue complètement blanche juste en la nettoyant avec un peu d’eau !

Vous pourrez vous la procurez pour environ 250 CAD en blanc ou en noir dans les magasins de sports en ou en ligne.

C’est un premier billet au sujet de la Polar M400, je suis sûre que j’en ferai un autre d’ici quelques mois lorsque que j’aurai apprivoisé totalement la bête et qu’elle n’aura plus de secret pour moi.

Polar Hero Québec : mon avis

Avis Polar Hero

Bien que températures soient loin d’atteindre des records pour le moment, parler d’une course à obstacles d’hiver peut sembler être un peu hors sujet, du moins hors saison 😉

Pourquoi en parler maintenant ? Car je n’avais pas lancer ce blogue à l’époque et il serait dommage d’attendre presque une année entière pour partager cette expérience.

Remettons-nous dans le contexte : au Québec, en mars, c’est encore l’hiver ! Polar Hero est donc une course d’obstacles d’hiver et par la même occasion ma première course de 2015 (et la première fois que je suis allée faire du sport dehors cette année !). Mon chum l’avait faite l’an dernière et je tenais vraiment à la faire car elle me semblait abordable et j’avais hâte de recommencer à courir dehors (et d’avoir l’une de leurs tuques ^^) . J’en parlerai dans un prochain article, mais, à la base, je n’aime pas courir et je m’ennuie rapidement en courant, c’est pourquoi, j’aime les OCR car on n’a pas le temps de s’ennuyer grâce aux différents obstacles. Bref, c’était à la fois la première course idéale mais également ma première sortie dehors pour commencer la saison. D’ailleurs, je me suis inscrite assez tardivement et ne me suis pas beaucoup entrainée pour (ça paraissait) , l’idée était justement de me secouer un peu grâce à cette course.

La course

Capture d’écran 2015-05-23 à 08.08.39

 

Le parcours de la PH fait 4,65 km à la base plein air de Sainte-Foy. On est souvent dans les bois, ce qui est assez plaisant et, bien sûr, on court dans la neige (j’avais donc mis mes chaussures Salomon de Trail). Je m’étais habillée un peu trop chaudement car c’était l’un des premiers weekend où les températures étaient positives. Le bonnet de la PH tient d’ailleurs très chaud, je le porterai pour mes activités de plein air l’hiver prochain.

Il y a plusieurs obstacles : palissades (ma bête noire), glissades, jeux de dextérité, jeu de mémoire, équilibre etc. Je n’aurai pas dit non à quelques obstacles de plus car les temps de course à pied me semblaient parfois un peu long mais dans l’ensemble c’était très bien et très demandant.

J’ai terminé le parcours en 1h16, la course dans la neige est plus difficile que ce à quoi je m’attendais et j’ai perdu presque 1000 calories (contre environ 450 lorsque je cours un 5km classique)

Avis Polar Hero

Ambiance

L’ambiance était très sympa, un animateur préparait les participants au départ, je ne me suis pas trop attardée après la course mais l’ambiance était là

Autre

Je pense prendre part à la course l’an prochain pour voir si je progresse mais également car c’est une très bonne façon de commencer « le printemps ».

Au niveau des OCR, je compte bien en faire d’autres cette année. Le weekend prochain, je prendrai part au Défi Forestier, au mois de juin, je pense peut-être refaire la Spartan Race de Québec (5km), et durant l’été une X-Man Race et/ou Prison Break

Color Me Rad Québec: mon avis sur la course

Color Me Rad avis

Aujourd’hui, j’ai participé à la Color Me Rad de Québec qui avait lieu au Village Vacances Valcartier. C’est la première fois que je participais à cette course et voici donc mon retour d’expérience.

Course

La course en tant que telle n’est pas exceptionnelle d’un point de vue sportif. Pour commencer, il n’y pas de chronométrage, ensuite, les différentes vagues sont vraiment grandes et comme il y a des coureurs et des marcheurs, vous risquez soit d’accélérer pour dépasser soit de vous arrêter et marcher. De toute façon, le temps n’est pas vraiment le plus important dans cette course. Vous aurez surtout envie d’être plein de couleurs, de faire des arrêts photos et de vous amusez avec vos amis 😉

Le parcours fait un peu plus de 4km et est accessible à tout le monde. D’ailleurs plusieurs coureurs étaient venus avec des poussettes. Beaucoup de tournants, de chemins qui se recoupent etc. (pas trop mon truc, mais, c’est une question de gout)

avis color me rad

Ambiance

Vous l’aurez compris, c’est bien là le point fort de cette course : l’ambiance. L’ambiance pendant la course : beaucoup de monde, vous vous faites asperger de poudre colorée ainsi que de peinture gluante mais surtout l’ambiance d’après course. En effet, à la fin de la course, vous risquez d’être un peu déçu de l’état de votre coloration qui ne sera pas très avancé (sauf si vous roulez dans la poudre dans les points de couler). Pour pallier à cela, direction la scène où vous serez aspergé à plusieurs reprises pour peaufiner votre « coloration ».

Autre

Le seul truc plate de cette course, c’est le chemin pour s’y rendre : 1h30 pour un trajet qui en prend 30 minutes en temps normal. Partez donc de bonne heure. Nous preniez la vague de 10:15, nous pensions être là 1h d’avance pour finalement arriver à 10:20 et prendre la vague de 10:30 qui était la dernière (ouf). Espérons que l’organisation règle ce problème en ajoutant pus de vagues ou d’une autre façon car apparement cela posait déjà problème l’an dernier.

Bien qu’il était conseillé de s’habiller en blanc, j’ai préféré utiliser le t-shirt officiel (vous recevrez aussi des chaussettes aux couleurs de la course) qui est gris. Grave erreur ! C’est vraiment mieux si vous avez un t-shirt blanc, les couleurs ressortiront davantage.

Au niveau des couleurs, j’avais un peu peur qu’elles ne partent pas bien des habits et des cheveux, mais, aucun problème à ce niveau-là 😉

Bref, je pense que je vais y retourner l’année prochaine mais toujours dans l’optique de m’y amuser plus que de réaliser un bon temps. 

Faut-il courir lorsqu’on est malade ?

courir malade

Bonjour,

aujourd’hui, un petit sujet qui touche tout le monde et qui tente de répondre à la question suivante : faut-il courir lorsqu’on est malade ?

courir malade

Pour commencer, cet article n’a rien de médical, mais est une opinion personnelle 😉

Que ce soit en hiver, au printemps où les températures sont changeantes ou même l’été (merci la clim), nous avons tous été confronté aux rhumes, grippes et autres maladies.

Pas toujours évident d’aller s’entrainer dans ces conditions. Alors faut-il le faire oui ou non ?

Pour résumer ce qui suit, je dirai que ça dépend surtout de l’ampleur des dégâts.

Durant l’hiver, j’au trainé un rhume pendant plusieurs semaines, période durant laquelle je ne me suis pas entrainée. Avec le recul, je pense que j’aurai pu prendre sur moi et recommencer l’entrainement plus rapidement.

Si pendant plusieurs jours, je ne pouvais vraiment pas pu m’entrainer car j’avais de la fièvre et éternuais vraiment tout le temps , une fois cette phase intense passée, j’aurai pu retourner m’entrainer et je pense que ça aurait même accélérer la guérison.

Récemment, j’ai pris un coup de froid (quand on passe de 28 degrés à 16 degrés en un jour) accompagné des symptômes d’une « gripette » mais c’est fois-ci, j’ai décidé de continuer l’entrainement.

D’après moi, vous ne devriez pas aller courir si :

– Vous souffrez d’un mal de tête très intense

– Vous avez de la fièvre

– Vous ressentez des frissons

– Vous souffrez de maux de ventre

– Vous êtes sujet à une grande fatigue

– Vous souffrez d’un mal de gorge intense (douleur, ganglions)

– Vous avez la nausée

Vous devriez tout de même aller courir si :

– Votre nez est bouché

– Votre nez coule (pas trop quand même)

– Vous avez un peu mal à la gorge

Si vous courez en soirée, je vous suggère de terminer par une bonne douche/bain et de boire une tisane (le thé « à la rescousse de maman » est très efficace si vous souhaitez vous endormir rapidement) avant de vous mettre au lit tôt pour récupérer plus vite.

Bon rétablissement et bon entrainement.

Participer à des courses : des objectifs qui aident à garder la motivation !

color me rad Québec

Plus je m’entraine à courir, plus je m’en rends compte, la course à pied est avant tout une affaire de mental et de motivation et il n’est pas toujours évident de garder cette motivation et d’entretenir le mental.

Un très bon moyen de se motiver : s’inscrire à des courses tout simplement. En effet, celles-ci vous permettent de vous fixer des objectifs mais surtout des échéances et de vous entrainer pour y arriver. Grâce à cela, votre entrainement devient concret, vous savez pourquoi vous allez courir. Je sais de quoi je parle, j’ai beaucoup de mal à me motiver pour aller courir car à la base, je n’aimais pas (c’est en train de changer heureusement) ça et la motivation me faisait souvent défaut.

Cette année, je vais essayer de participer au moins à une course par mois.

D’ailleurs, si vous voulez une autre astuce de quelqu’un qui n’aimait pas courir naguère : faites des courses à obstacles ! L’an dernier, j’ai participé à deux courses à obstacles et j’ai beaucoup aimé mon expérience, je compte d’ailleurs bien en refaire cette année (je vous en reparle prochainement). Vous vous demandez pourquoi ? Simplement car vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer. Dès que l’ennui se fait sentir un obstacle apparait. L’obstacle en question vous permet de faire travailler d’autres muscles de reposer un peu vos jambes (enfin pas toujours) mais surtout de penser à autre chose.

Quoi qu’il en soit qu’il s’agisse d’une course classique ou à obstacles, c’est toujours une bonne chose de vous inscrire.

Pour ma part, je partagerai avec vous, les courses auxquelles je participe via une page « courses à venir » , vous pouvez y accéder via l’onglet calendrier.

courses à venir

Une fois la course effectuée, je vous proposerai un petit compte rendu sur la course en tant que tel et sur mes performances durant celle-ci.