Récit de course : le demi-marathon de Magog

Ça y est, c’est fait ! J’ai terminé mon premier demi-marathon (ou semi-marathon comme on dit en Europe) ! Je suis vraiment ravie d’y être arrivée, car ce n’était pas gagné d’avance (particulièrement au 15e km…)

J’ai fait un temps de 2h41 ce qui n’est pas très rapide, mais mon seul but était d’atteindre la ligne d’arriver, De plus, il y avait tellement de montées et j’avais l’impression d’aller tellement lentement que je pensais avoir dépasser les 3h… Mais revenons à cette fameuse journée.

Comme vous le savez peut-être déjà, j’avais choisi cette course, car c’était l’une des dernières de la saison (hé oui, l’hiver, le vrai, arrive très rapidement au Canada) ce qui me laissait un peu plus de temps pour m’entrainer (pour rappel, j’ai commencé à m’entrainer au mois de mai).

Capture d’écran 2015-10-28 à 21.53.29

 

Tenue pour la course (J’ai décidé de porter mes plus anciennes chaussures de courses) 

Après une bonne nuit de sommeil, la journée démarre  donc à 6h30 avec une bonne douche.  Je pars ensuite , avec mon amie venue faire la course de 10 km,. Nous repérons les lieux de départ et allons au Tim Horton. J’y mange un peu de gruau (flocons d’avoine) et bois un peu de thé ainsi qu’un peu de Redbull aux bleuets .

Mon amie me dépose à mon départ : une rue résidentielle de Magog… Je marche un peu pour me réchauffer, car il ne fait pas très chaud et une petite bruine n’arrange pas les choses. J’ai d’ailleurs mis un coupe vent avec lequel je n’ai jamais couru.

Les minutes passent et le grand moment arrive, le départ est lancé. On commence avec un faux pas et la pluie se fait plus insistante (elle le sera tout au long de la course), mais ça commence bien et je me réchauffe en courant.

Très rapidement, je remarque les coureurs qui ont mon rythme, je vais faire une bonne partie de la course avec eux.

Le premier ravitaillement arrive rapidement (tous les deux kilomètres), mais je décide ne pas m’hydrater cette fois-ci.

Les kilomètres s’enchainent et voilà déjà au 5e kilomètre. Je me sens bien, on court toujours sur la route à ce stade. Je me dis que le 5e kilomètre est arrivé vraiment rapidement et qu’il y a encore quelques mois, 5km me semblaient interminables.

On quitte bientôt la route pour rejoindre des chemins boueux, j’aurai peut-être du prendre mes Salomons en fait.

Au km 7, je prends un premier gel à l’orange qui n’est pas très bon mais qui fait du bien. Évidemment, maintenant, je prends à boire à chaque ravitaillement (du Gatorade plus que de l’eau).

Et voilà, je suis enfin au 10e kilomètre. Je suis vraiment contente, tout se passe bien pour le moment. Aucune douleur, aucune fatigue seule la pluie est désagréable, mais de toute façon, je suis trempée de la tête aux pieds alors un peu plus ou un peu moins…

Km 11 : Bon là, ça devient difficile, baisse de régime, les montées qui s’enchainement me dépriment un peu, je décide donc de ralentir dans les montées voire même de marcher. Je commence à me faire dépasser et à ralentir le rythme. À partir de ce moment, j’y vais un kilomètre à la fois.

Ravitaillement du km 15 : on m’informe que la partie « bouetteuse » est terminée. Je prends un nouveau gel aux bleuets (bien meilleur) pour pouvoir un peu plus d’énergie. Je vois au loin une montée qui semble ne jamais se terminer. Ça devient très difficile, je m’accroche à ma technique du un kilomètre à la fois.

Kilomètre 18 : Ça continue de monter :-( Allez il ne reste plus beaucoup de temps , je commence à trouver mes jambes un peu lourdes et une ampoule est en train de se former à l’arrière mon pied gauche

Kilomètre 20 : dans une montée, je discute avec une autre coureuse, elle me dit qu’elle a commencé au mois de mai aussi. Ça me motive pour le dernier kilomètre.

Je vois enfin l’arrivée ! Le SAS d’arrivée me semble interminable, mais ça y est je suis arrivée ! Je suis trop contente :-)

Capture d’écran 2015-10-28 à 21.53.21

Face d’après course 

Maintenant, c’est un beau souvenir et j’ai déjà hâte à la prochaine course (peut-être la course du Père Noel début décembre).

J’ai hâte de refaire un demi-marathon et un marathon par la suite. Pour le après, j’ai eu quelques courbatures le lendemain et le surlendemain mais tout allait bien le mercredi (le massage d’1h30 du mardi soir ne devait pas être étranger à la chose 😉 )

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>