Récit de course : Fire Race 5 km (OCR)

Récit de course Fire Race

Photo : Chloé Bourassa

C’est parti pour le premier récit de l’année ! 😉  Samedi dernier, je prenais le départ de la course Fire Race qui se déroulait à Trois-Rivières. Ce n’était pas une course prévue de longue date, mais, Nicolas m’a proposé de les faire ensemble et même si je n’aime pas beaucoup courir l’hiver, j’aime tout de même faire au moins une course à obstacles d’hiver donc j’ai accepté.Il s’agit donc de ma première course de l’année.

Nous voilà donc sur la route de bon matin : notre départ est à 9h30 et il faut compter au moins 1h15 pour faire le trajet Québec Trois-Rivières. Avant de partir, je me suis rendue compte que je n’ai pas rechargé ma montre, j’ai voulu la rechargé dans la voiture, mais bien évidemment, j’ai oublié :p

OCR Fire Race Avis

Nous arrivons sur place (la course se déroule dans un centre équestre) et récupérons nos dossards, on retourne rapidement à la voiture pour se changer et nous nous rendons rapidement au lieu du départ, à l’intérieur du centre équestre. Le départ est lancé, le premier obstacle consiste consiste à sortit du bâtiment via des tuyaux. Une fois dehors je prends vite conscience d’un autre obstacle qui va être présent tout au long de la course : le froid, il faisait -22 degrés au moment du départ ! Glaglagla. Je sens tout l’intérieur de mes narines, j’ai une petite gêne en respirant et j’ai vraiment très froid aux mains (d’après la météo, c’était le dernier jour de grand froid de l’hiver, quelle chance ^^).

Les obstacles s’enchainent et sont assez bien répartis, pas le temps de trop s’ennuyer de plus, presque chaque obstacle offre deux versions : une version plus facile (que je prenais souvent pour éviter les palissades que je n’aime toujours pas) et une plus difficile.

De plus, j’ai bien aimé le fait qu’un élément essentiel de l’hiver soit mis souvent en scène : la neige. Ainsi il y avait plusieurs petites montagnes de neige qu’il fallait escalader.

La course se poursuit, les obstacles sont ceux qu’on retrouve souvent lors des courses grand public : pousser des pneus, soulever des poids, passer des palissades et du tuyau (qui glissent encore plus grâce à la neige, ce qui est plutôt rigolo). Entre-temps, je me suis réchauffée (après 10-15 minutes) et j’ai même envie d’enlever des couches, mais ce n’est pas une bonne idée, je le sais bien (d’ailleurs, j’écrirai un prochain billet sur comment s’habiller pour une course à obstacles d’hiver).

Fire OCR avis

Photo : Chloé Bourassa

Nous arrivons à l’obstacle final à l’extérieur : une très grosse montagne de neige sur laquelle il faut grimper à l’aide de ballot de foin disposé en escalier. Une fois au-dessus, il faut se laisser glisser le long de la pente. Comment dire ? Ça fait vraiment peur vu d’en haut, mais je me décide finalement à descendre (en même temps je n’ai pas vraiment le choix me direz-vous 😉 ) . La course est presque terminée. Il reste quelques obstacles à l’intérieur avant la finale : un gros obstacle en cordes qu’il faut escalader et parcourir (ou se laissant rouler dans mon cas). Et voilà, c’est l’arrivée.

J’ai bien aimé la course, elle était accessible, plate (j’aime bien sûr lorsqu’il y a des montées dans les courses à obstacles, mais pas l’hiver^^) et pas trop longue. On voit que l’organisation était top, il y avait beaucoup de petits stands et d’endroits chauffés ainsi qu’une pièce à l’intérieur pour se réchauffer.

Les seuls éléments un peu frustrants : pas de médaille (oui, j’aime les médailles^^) à l’arrivée et pas de chrono, mais sinon c’était une très chouette course, d’autant plus qu’il s’agissait d’une première édition.

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>