Prison Break : retour sur la course (OCR)

course prison break 7,5

Bonjour,

Cela fait un moment qu’il n’y a eu de billets, mais, rassurez-vous, le rythme de publication devrait revenir à la normale très prochainement.

Aujourd’hui, je vous propose de revenir sur la course à laquelle, j’ai participé hier : Prison Break de 7,5km qui avait lieu au Mont-Radar en Beauce. Je vous préviens, l’article est long 😉

C’était une course particulière, car je la faisais avec des amis ainsi que ma petite sœur. C’était une première course à obstacles tant pour mon amie que pour ma sœur.

La course

Prison Break se déroule sur deux jours : un 5km le samedi et un 7,5km le dimanche. Notre choix s’est porté sur le 7,5km pour que le défi soit plus grand 😉

La particularité de Prison Break est qu’il y a une mise en situation : nous sommes des prisonniers et nous devons nous échapper. Nous commençons donc la course dans une prison (sous chapiteau) lorsque les grilles s’ouvrent. Il y a 5 stations de gardiens : passages où des gardiens de prison essaient de nous voler nos fanions (nous en avons trois au début). Le but est d’en garder au moins un à l’arrivée. Si ce n’est pas le cas vous, vous mériterez un petit saut dans un bac rempli de boue !

Bref, la course commence, mais, je ne suis pas vraiment concentrée, résultat, je traverse tranquillement les premiers obstacles (des ballots de foin) oubliant complètement la présence des gardiens ! Je perds donc mon premier fanion ainsi que le suivant quelques secondes après :-( Je rejoins ma sœur pour entamer la longue montée vers le radar. Nous décidons de marcher pour garder nos forces pour échapper aux gardiens.

Prison Break avis

 

Déjà deux fanions en moins, ça vient juste de commencer 😉 

La montée est très prononcée, heureusement, à part à quelques endroits, nous sommes à l’ombre (il faisait vraiment chaud), nous sommes partis à midi. Après quelques petits obstacles, nous rejoignons le sommet ainsi que le premier ravitaillement qui est plus que bienvenu.

Il est temps de rentrer dans le bunker et j’ai peur 😉 . Un bénévole nous explique qu’il faut choisir une corde et ne plus la lâcher sous peine de nous perdre, car il fait très noir. Je lui demande si des gens peuvent surgir pour nous faire peur, mais il m’assure que non. Nous rendrons donc dans le bunker et il fait vraiment noir, on entend les autres participants crier… pas très rassurant. Très vite, nous sommes dans le noir et il n’y a plus de bruit. Nous arrivons en bas, une musique forte démarre et nous constatons que nous corde est coupée. Nous attendons d’autres coureurs pour voir ce qu’on fait finalement, on trouve une autre corde et on décide de la suivre pour sortir du bunker. Ouf !

Après un obstacle où il faut ramper dans un tuyau, nous repartons dans les bois en descente cette fois, ça fait du bien, on court un peu jusqu’‘à un obstacle vraiment cool : il faut traverser par dessus 3 carcasses de voiture ! Ce n’est pas tous les jours que nous pouvons sauter sur le capot et le toit d’une voiture, nous nous en donnons à cœur joie 😉

course prison break 7,5

Ensuite, il faut remonter tout ce que nous avons descendu. Une fois de retour près du premier ravitaillement, l’épreuve des cordes à monter. J’échoue lamentablement, mais ma petite sœur y arrive.

Nous continuons il faut redescendre, nous courons donc une bonne partie de la descente jusqu’à l’épreuve des seaux : il faut porter des seaux d’eau vraiment lourds, on continue la descente jusqu’à ma bête noire : une sorte de bâtiment qu’il faut escalader sur le côté… ensuite il faut sauter dans l’eau ! Ça me prendra plus de 10 minutes et l’aide de ma sœur pour finalement me décider à sauter dans l’eau (oui, j’ai le vertige 😉 ) .

prison break Québec

 

Oui, j’ai un peu peur 😉 

Les obstacles où il faut ramper dans la boue ou dans l’eau s’enchainent. Je jette un œil à ma montre 5,70 km de parcourus, on devrait arriver bientôt arriver sauve que j’étais loin de me douter que la descente qui nous attendait était essentiellement composée de bouette collante et épaisse. Nous entamons lentement la descente et continuons tout aussi doucement, nous servant même de la boue comme toboggan à l’occasion.

prison break ocr

Une fois en bas, il est temps de tirer un pneu avant d’arriver aux Monkey Bar. N’ayant aucune force dans les bras, je lâche à la 2e barre et tombe dans l’eau boueuse.

Ensuite quelques palissades s’enchainent et il faut se jeter à l’eau dans un petit lac. L’épreuve du lac : passer sous des tonneaux. Très agréable et rafraichissante épreuve 😉

Ensuite encore un obstacle avec un ballon ensuite une base de gardiens et nous rejoignons bientôt le Half Pipe. Entre temps, j’avais perdu mon dernier fanion, mais un peu avant l’arrivée, mes amis nous réapprovisionnent en fanions.

prison break mont radar

Je tente de monter le Half pipe une fois par devant sans succès, je prends donc l’escalier pour rejoindre ma sœur pour la descente. Quelques gardiens nous séparent de l’arrivée et on fonce dans le tas. Ouf, il nous reste de fanions, le bac de boue est évité 😉

OCR prison break

Bref, une super course à obstacles où les obstacles sont très variés et la course très complète. Une de mes courses à obstacles préférées jusqu’à maintenant ! 😉

Au final, nous avons mis plus de 2h48 pour terminer la course (en comparaison les élites, terminent le parcours en 50 minutes), mais nous avons eu beaucoup de plaisir 😉

D’ailleurs mon amie et ma soeur ont adoré et veulent en faire d’autres.

Ambiance

Bien que nous ayons participé à la 2e journée où il y avait moins de monde, l’ambiance était au rendez-vous. De plus le site du Mont Radar est tout simplement parfait pour ce type d’épreuve. Les animateurs, les bénévoles ainsi que tous les obstacles participent grandement à cette superbe ambiance.

Arrivée prison break

Autre

Vivement l’année prochaine !

Si les courses à obstacles vous intéresse, je vous recommande l’excellent site : 3 Secondes consacré à ce sport. 

Quelques courses à pied complètement folles !

burito race

Aujourd’hui, je vous propose un billet un peu différent de ce que vous pouvez lire ici habituellement.
En effet, je vous propose de passer en revue quelques courses complètement folles qui se distinguent soit par leur difficulté soit par leur concept.

Dans l’absolu, je voudrais toutes les faire, même si je sais que certaines, notamment une, sont irréalisables pour moi (je vous laisse deviner laquelle 😉 ) .

Marathon Disney : pour l’enfant qui est en vous !

Disney Run

 

Crédit photo : Run Disney Blog

Si vous le ne saviez pas, Disney organise des courses à pied vraiment fun. Il y a plusieurs formules ( Avengers, Star Wars, Princesses etc.) et plusieurs distances : 5km, 10k, 21km et bien sûr le marathon. Les courses se déroulent dans les parcs Disney des États-Unis, mais, en me rendant sur le site, j’ai constaté qu’un demi-marathon sera organisé en septembre à Paris.

J’aimerai vraiment prendre part à une Disney Run soit le demi-marathon Star Wars en Californie soit le Marathon qui a lieu en Floride. Celui-ci a lieu en janvier ce sera trop juste pour 2016, mais, pourquoi pas en 2017 ? 😉 En plus, les médailles sont vraiment cools !

Boom Days Pack Burro Race : tandem de choc

Vous trouvez le canicross trop banal ? Essayez donc de courir 35 km accompagné d’un âne ! C’est ce que proposent les Burro Race dans le Colorado. Ces courses ont lieu de fin mai à septembre et vous replonge dans l’histoire de l’Ouest américain à l’époque où les mineurs montaient dans les collines accompagnés de leur fidèle compagnon. Attention, contrairement à eux, il vous est interdit de monter sur l’âne. Les parcours sont réputés pour être plutôt difficiles.

burito race

 

Crédit photo : Page Facebook Boom Days Pack Burro Race 

Le Midnight Sun Marathon : pas pour les vampires

Ce marathon se déroule en Norvège et se fait de nuit… sous le soleil de minuit ! La course se déroule au mois de juin et propose également des distances plus courtes. Une expérience qui doit être inoubliable ! Les inscriptions pour 2016 sont déjà ouvertes.

Site de la course 

Grand To Grand Ultra : pour ceux qui aiment avaler les km

Une course complètement incroyable : 273 km de trail en 6 étapes (7 jours) et en auto-suffisance. Un parcours exceptionnel qui commence dans l’Utath et passe le Grand Canyon. Même si je trouve ce parcours et l’exploit sportif qui s’y rattaches extraordinaires, je ne suis pas certaines de vouloir prendre part à cette aventure.

Grand to Grand

 

Crédit Photo : Grand to Grand Ultra 

Tough Mudder : pour les plus « tough » d’entre nous

Je vous expliquais, dans un récent article, que j’appréciais également les OCR. Il y a en a une en particulier qui m’intrigue beaucoup : Tough Mudder. Cette course à obstacles est réputée particulièrement difficile puisque vous pouvez être électrocuté ou pire. Cette course fait presque passer les autres courses à obstacles pour des promenades de santé.

course folle

Malheureusement, elle n’est plus organisée au Québec cette année, mais, il est toujours possible d’aller la faire en Ontario. Son prix est aussi plus élevé que la plupart des autres OCR.

Site de la course 

Spartan Race Ultra Beast : pour les spartiates les plus endurants

On ne présente plus la célèbre course à obstacles connue dans le monde entier. Cependant, il faut savoir que différentes distances existent dont l’Ultra Beast : une épreuve de 48 km ! Oui, oui, vous lisez bien, plus qu’un marathon avec des obstacles en plus (et comme toutes  les Spartan Race nord-américaines, elle se déroule sur des pistes de ski). De quoi vous occuper une bonne partie de la journée 😉

Spartan Ultra Beast

Personnellement, je ne compte pas relever ce défi, je le laisse à mon chum qui l’a déjà fait. Mon objectif en matière de Spartan Race pour 2016 est moins ambitieux puisque je souhaite terminer une Super (environ 15km), ce qui me semble amplement suffisant 😉

Site de la course 

Récit de course : Le Défi des Dames de Coeur (10 KM)

Cours Aleks

Dimanche, j’ai participé au Défi des Dames de Coeurs qui se déroulait à Lévis. Il s’agissait d’une course pour lutter contre le cancer de la prostate, les dons allaient à la Fondation de l’Hôtel Dieu de Lévis.

Pour ma part, il s’agissait de mon premier 10km, mais, il y avait également un parcours de 5km et la course des Jeunes Filles Tanguay de 2km.

La course est réservée aux femmes à deux exceptions près.

La Course

La course est composée de deux boucles de 5km à travers les rues de Lévis… et celles-ci sont vraiment vallonnées, je ne m’y attendais pas vraiment 😉

Défi des dames de coeurs

Quelques dizaines de minutes avant le départ, nous sommes réunies dans le sas de départ sur un tapis rose bien entendu. Les minutes défilent avant le départ et ça y est, c’est parti ! Je me laisse emportée et par l’excitation ambiante.

Départ défi des dames

La première montée arrive très rapidement et s’étend sur presque un kilomètre. Comme je viens de commencer, je suis encore assez en forme pour courir. Je cours jusqu’au premier ravitaillement qui arrive vraiment au bon moment. J’en profite pour marcher un peu. La course se poursuit dans des quartiers résidentiels de Lévis avec des montées et des faux-plats. Je trottine toujours mais peine de plus en plus jusqu’à marcher un peu avant le second ravitaillement où ils servent de l’eau ou de Gatorade. Je prends le second, ma potion magique.

Défi des dames de coeurs

T-shirt : Madame Labriski

Short : Adidas 

Chaussures : Under Armour 

On peut également passer dans une douche pour se rafraichir et cela fait le plus grand bien. Ce ravitaillement a vraiment un effet magique sur moi, je suis reboostée et cours presque sans m’arrêter jusqu’à l’arrivée des 5km. Avant d’y arriver, je passe par un ravitaillement inusité : celui de Chocolats Favoris ! Super idée, le chocolat fait du bien, par contre, je n’ai vraiment pas l’habitude de manger en courant, je n’en ai donc plus repris au second passage, mais c’était presque magique la première fois 😉

choco fav

Une fois à la moitié du parcours, ça devient plus difficile, je sais que je vais devoir refaire le même parcours et qu’il n’est pas facile. La côte revenant, je ralentis le rythme fortement jusqu’à marcher d’un bon pas jusqu’au ravitaillement. Mentalement, ça reste difficile quasiment jusqu’au 7e kilomètre. Là ça va mieux, en plus, un monsieur fort sympathique fait des aller-retour pour encourager les coureuses et ça marche fort bien sur moi. Tout se passe bien et je repasse par le « ravitaillement Gatorade » pour bientôt rejoindre le Chocolat Favoris avec un peu de marche tout de même. Une fois passée devant le Chocolat Favoris, ça redevient difficile, je sais que je ne suis plus loin, mais, on dirait que ça ne suffit pas à me motiver.

En fait, je dirai que les derniers 500 mètres étaient les plus difficiles. Alors que je recommençais à marcher, une gentille dame m’a tapé l’épaule pour me dire qu’on allait terminer ensemble au même rythme. Merci à elle car elle m’a donné la motivation nécessaire pour terminer en courant 😉

Arrivée à la ligne d’arrivée, j’étais épuisée mais surtout très heureuse ! Direction une douche habillée pour me rafraîchir un peu et savourer ce moment même si il me faut quelques minutes pour m’en remettre.

arrivée dames de coeur

Mon chum est là pour m’accueillir, d’ailleurs, il est venu m’encourager sur le parcours et prendre des photos, merci à lui 😉

Au final, j’ai fait un meilleur temps que lors de ma sortie de lundi (1:12 versus 1:14), j’étais vraiment étonnée. Non pas que la différence soit énorme, mais vu la difficulté des montées, je pensais avoir couru beaucoup moins bien.

Cours Aleks

Ambiance et organisation

Chapeau à l’organisation ! L’ambiance était vraiment bonne, les ravitaillements disposés stratégiquement, les bénévoles extrêmement sympathiques et même les habitants, en plus de nous encourager, mettaient de la musique dans leur jardin ou encore des arrosoirs pour nous rafraichir.

Médailles défi des dames de coeur

La médaille est superbe et une collation gargantuesque nous attendait à l’arrivée. Vraiment rien à redire si ce n’est que je vais sûrement la refaire l’an prochain tant l’expérience était plaisante.

Prochaine course : Prison Break en Aout (OCR), Xman Race en Septembre et 21km en Octobre.

Course – Défi des Roses (5 km)

défi des roses

J’ai participé à ma première course « classique » de 5km, c’est à dire sans couleur et sans obstacle.

Elle se déroulait au Domaine Maizeret où je suis déjà allée m’entrainer (un très beau spot à Québec pour s’entrainer).

Les inscriptions servaient à financer des équipes participantes au Rallye Trophée Roses des sables et un 1 CAD allait au Club des petits déjeuners.

J’ai choisi cette course, car je voulais faire un 5km en juin, de préférence pas trop loin.

Le parcours était composé de deux boucles, mais le trajet faisait 3,90 km et non 5 km (un peu décevant).

Cette semaine, je n’ai fait qu’une sortie de course. D’une part parce que je voulais me ménager avant la course, mais également parce que j’avais fort mal à la plante du pied droit donc je ne voulais pas envenimer les choses.

course défi des roses Québec

Le soir avant j’avais un souper et je suis allée dormir fort tard, mais, à part ça, je me sentais en pleine forme.

Je me suis donc rendue au domaine avec une amie qui prenait le départ avec moi et mon chum qui était venu m’encourager.

Après avoir récupéré nos dossards, une séance d’échauffement assez intense de 15 minutes nous attendait. Une très bonne idée, même si après avoir gigoté dans tous les sens, je me sentais un peu fatiguée avant même de courir.

défi des roses

Le départ est lancé et je suis mon amie sur plusieurs centaines de mètres (elle a vraiment un meilleur niveau que moi en course à pied).  Au début tout se passe très bien, la course se déroule à l’ombre dans les bois, mais une fois que nous sommes exposés au soleil, je commence à éprouver des difficultés. D’ailleurs, une toute petite montée m’achève et je marche quelques mètres.

Heureusement, nous retournons rapidement dans le bois où la course redevient agréable, mais j’ai renoncé à faire un bon temps. Cependant, je continue ma course jusqu’au ravitaillement où le verre d’eau est plus que bienvenu. J’entame la seconde boucle. La seconde boucle ressemble beaucoup à la première  : tout se passe bien dans les passages par le bois, mais dès que je suis au soleil, j’ai l’impression de ne pas avancer du tout et c’est une vraie lutte contre moi-même jusqu’à l’arrivée.

Mais j’y arrive finalement. Je me jette dans l’herbe pour me reposer un peu.

Au final, je suis un peu déçue, car j’ai couru moins vite que lors de mes sorties, mais la course était vraiment agréable, le beau temps était un rendez-vous.

DSC_0555

Par ailleurs, je sais maintenant qu’il faut vraiment que je maintienne mes trois sorties par semaine pour progresser et trouver des moyens de rendre la course par fortes chaleurs plus supportable (ou choisir de de courir à l’ombre).

Dans un peu moins d’un mois, je ferai une course de 10km, il va vraiment falloir m’entrainer fort et régulièrement ! 😉

Le Défi Forestier 2015 : mon avis

Capture d’écran 2015-06-03 à 19.05.20

Le 30 mai dernier, j’ai eu la chance de participer à la course à obstacles « Défi Forestier » grâce à 3 Secondes (le site de référence en matière de Courses à Obstacles au Canada).

La course

Le parcours fait 6 km au total et se démarque par des obstacles tels que le sciage de bois ou un petit parcours au Canoë. Il se déroule principalement dans les bois sur le magnifique site de l’école Secondaire Mont Saint-Sacrement.

Capture d’écran 2015-06-03 à 19.05.20

Inscrite au départ de 15h, j’ai finalement pris le départ de 14h45 sous une pluie battante (il a fait beau le reste de la journée). Le départ est lancé, la course commence par une petite montée dans les bois. Je suis un peu découragée par la pluie, car évidemment ce n’est pas agréable, mais, heureusement, il fait chaud et la pluie est chaude également. Je suis bien contente d’avoir mis mes Salomons pour courir sinon, j’aurais surement déjà glissé à plusieurs reprises. Pour le moment, je ne cours pas, mais, marche à rythme soutenu.

Le premier obstacle arrive, il faut tirer au lance-pierre sur une cible. On a trois essais, évidemment, je manque mon coup et on continue.

Il pleut toujours, mais la pluie commence à se calmer et je commence enfin à trottiner jusqu’au prochain obstacle après lequel la pluie cesse enfin et je continue à courir jusqu’à une descente un peu escarpée et pleine de bouette.

Une fois en bas, nouvel obstacle : sciage d’un bout de bois. Je vous rassure les buches sont déjà entaillées et l’obstacle se fait à deux. Nico me donne quelques conseils pour scier plus vite (oui, c’est la première fois que je scie une buche). Il faut emporter le bout de bois qu’on a scié pour une prochaine épreuve.

Après, il faut déplier et replier une lance à incendie de pompier. Nico se charge du gros du travail. Ensuite, c’est l’obstacle majeur de la course : il faut monter d’un côté par des cordages et redescendre de l’autre par une échelle en bois. Vu qu’il vient de pleuvoir et que les cordages ne sont pas tendus, je décide d’éviter l’obstacle, on repassera dessus dans l’autre sens. Il est temps de lancer notre rondin de bois sur une cible : miracle, j’y arrive !

Nous entamons la deuxième partie de la course. Nous ne sommes pas à la moitié, mais prenons la direction du bois de l’autre côté de l’école. Un peu de course en descente et sur du plat, ça ne se refuse pas. Entre temps, je ne sais pas si c’est à cause de la pluie ou autre, mais, ma montre Polar M400 commence à piper de façon inquiétante. Je soupçonne ma ceinture capteur de ne pas aimer la pluie (puisque la montre est waterproof). Je continue de courir jusqu’au prochain obstacle : les palissades (j’ai horreur de ça). Il y en a de plusieurs sortes et je fais toutes celles qu’il ne faut pas traverser par en dessous.

Ensuite, un petit tunnel de boue. Nicolas avait déjà fait la course le matin où la terre était sèche, mais, là grâce à l’averse, nous avons de la bonne boue bien mouillée. Après le tunnel. Nous courons à nouveau un petit moment jusqu’au prochain obstacle : tirer un corde avec un pneu sur la longueur et le faire dans l’autre sens.

Après cela, il y a quelques autres obstacles dans le bois (marcher en équilibre sur des bois, des obstacles où il faut éviter de toucher des fils etc.) et une bonne partie de course à nouveau. Je sens que les derniers entrainements paient, car je cours sans trop de difficultés une bonne partie du temps. Ensuite, on commence à remonter et là, je fatigue doucement, heureusement, nous arrivons à un obstacle ce qui permet de reprendre mon souffle. L’ascension se prolonge ensuite, mais, des cordes sont prévues pour nous aider.

Défi forestier avis

Nous voilà de nouveau sur le site de l’école où il faut faire tomber un pneu de deux côtés. Je choisis le moins lourd, mais cela m’achève tout de même et j’évite à nouveau le gros obstacle dont je parlais tantôt. Direction le canoë, j’enfile un gilet de sauvetage et c’est parti. Ça se passe drôlement bien… en fait, c’est Nicolas qui fait tout ! 😉

Il faut ensuite remettre le canoë au point de départ. Je me contente de ramener les pagaies tandis que Nicolas se charge du canoë avec un étudiant de l’école.

L’arrivée est proche, il ne reste que quelques mètres de course le long du petit lac et c’est la fin !

Je retiendrai de cette course le très beau parcours à travers les bois du domaine, la variété d’obstacles et sa belle ambiance familiale.

Il y a eu environ 700 participants (500 de plus que pour la 1re édition) et donc quasiment pas d’attente aux obstacles !

Si l’occasion se présente, je pense bien prendre part à la prochaine édition.

Ambiance

Très bonne ambiance de type fête d’école, les élèves sont impliqués dans l’évènement auquel ils participent, mais sont aussi là en tant que bénévoles pour l’organisation.

Autre

On retiendra la médaille particulièrement réussie.