Bilan de ma première année de course (2015)

bilan course 2015

bilan course 2015

L’année achève tout doucement et il est donc temps pour moi de faire l’inévitable bilan de l’année 😉

J’ai commencé ce blogue au mois de mai et c’est aussi à ce moment que j’ai commencé à m’entrainer avec une certaine régularité. J’avais bien commencé à courir un sur tapis au mois de janvier, mais ça ne ressemblait en rien à un entrainement.

Je n’ai pas encore couru une année complète, mais assez déjà pour faire un premier bilan. Ce que je retiens de cette première année : le fait de terminer un demi-marathon alors qu’au mois de mai, je n’arrivais pas à courir 5km sans marcher. Bon, j’ai un peu marché pendant celui-ci, mais tout de même, je suis très contente d’y être arrivée après finalement peu de temps de préparation.

Évidemment ça n’a pas été le seul moment marquant de la saison. J’ai participé à plusieurs ( 4 courses « classiques » et 5 courses à obstacles) et j’ai adoré ça 😉

Courses « classiques »:

 

Courses à obstacles :

 

En dehors de courses, il y a bien sûr eu de nombreuses sorties de course pour m’entrainer. Des sorties plus agréables que d’autres et des sorties plus gratifiantes que d’autres. J’ai aimé courir avec des amis, en famille avec ma petite sœur ainsi qu’avec mon amoureux. Ce fut plaisant de découvrir de nouveaux lieux, de repousser les limites (tant au niveau des kilométrages, que du physique ou du mental).

Mais la course a pied n’est pas tout. Depuis que je me suis mise à courir, j’ai pris un tas de nouvelles habitudes que ce soit au niveau de l’alimentation que du mode de vie (exemple me lever plus tôt) ou même au niveau de l’organisation (pas le choix si on veut suivre un entrainement) etc. De beaux petits progrès, mais il reste encore beaucoup de choses à améliorer pour l’an prochain.

Bref, une belle première année remplie de bons souvenirs… Mais le meilleur reste à venir 😉

Ce qui est sûr c’est que j’ai pris goût à la course et que j’ai hâte de recommencer à faire des courses l’an prochain. D’ailleurs, on se reparle très vite de ces objectifs.

Et vous, quel est votre bilan de course pour 2015 ?

 

Planning de courses pour 2016

Planning de courses 2016

Planning de courses 2016

Je sais l’année n’est pas encore terminée, mais, je n’ai pas plus de course de prévue d’ici là. Donc je pense déjà aux courses que je compte faire en 2016 ☺

Les courses les plus importantes

 

Évidemment, mon objectif pour 2016 est de faire un marathon. Il n’y a pas encore si longtemps, je pensais le faire à l’étranger, mais, après le demi-marathon que j’ai fait en octobre, je pense que ce serait peut-être mieux de ne pas le faire trop loin, en tout cas pas à un endroit qui implique de prendre l’avion. Finalement, je pense que si je parviens à terminer cette distance, je serai très contente d’être rapidement chez moi. Cela dit, je ne suis pas contre l’idée d’aller courir une course plus courte.

Je veux me laisser le temps de bien le préparer et éviter la canicule de l’été. Pour le moment, mon choix se porte vers le Marathon Oasis Rock ‘n’ Roll de Montréal qui aura lieu le 25 septembre 2016

La 2e course importante de mon année 2016 sera un nouveau demi-marathon. Je ferai celui de Lévis au mois de mai.

 

Autres courses

 

Même si les deux courses décrites précédemment sont déjà de très beaux défis à elles seules, ce ne seront pas mes uniques courses pour 2016. Surtout que pour ma part, les courses sont vraiment une grande source de motivation. Je vois bien que c’est moins évident de bien m’entrainer quand je n’ai pas de course à l’horizon.

Comme vous le savez, j’aime également faire des courses à obstacles et la saison 2016 va commencer avec la course à obstacles Polar Hero en mars. J’y ai participé l’an dernier sans être préparée et j’ai bien hâte de voir si je vais progresser.

Je compte également refaire plusieurs courses à obstacles que j’ai déjà fait l’an dernier, mais je voudrais aussi refaire une Spartan Race et si possible une plus longue genre 15 km.

En 2106, je voudrais également faire une course de type trail, idéalement entre 10 et 15 km.

Rien que d’écrire ces lignes me donne hâte de commencer la saison de courses de l’an prochain !

Je voudrais également participer à la course pour femmes Nike Run de Toronto (15 km), mais pour le moment, il n’y a pas encore de date annoncée.

 

Lise provisoire de mes courses de 2016

Mars

Polar Hero à Québec (OCR : 5km) : 19 mars

Défi des Coco à Québec (10km) :26 mars

 

Mai

Demi-Marathon International Oasis de Lévis : le 1e mai

Trail Valcartier (10km) : 14 mai

 

Juin

Spartan Race Québec (13 km+ OCR) le 5 juin 2015

 

Juillet

Prison Break (7,5 km OCR) : 2 juillet Beauce

Battlefrog (8km OCR) : 9 juillet à Montréal

Défi des dames de cœur (10km) : Lévis

 

Août

Foam Fest (OCR 5 km) Québec : 20 aout

Totale Bouette (OCR 5km) Québec : 27 aout

 

Septembre

Marathon Oasis Rock ‘n’ Roll de Montréal : le 25 septembre

Je publierai bientôt une page avec toutes les courses et j’indiquerai au fur et à mesure quand je serais vraiment inscrite. C’est sûr que d’ici certaines courses viendront s’ajouter et que je m’inscrirai pas à l’une ou l’autre, mais ça donne un bon aperçu.

 

Et vous à quelle course allez-vous participer l’an prochain ?

Récit de course : le demi-marathon de Magog

Capture d’écran 2015-10-28 à 21.53.29

Ça y est, c’est fait ! J’ai terminé mon premier demi-marathon (ou semi-marathon comme on dit en Europe) ! Je suis vraiment ravie d’y être arrivée, car ce n’était pas gagné d’avance (particulièrement au 15e km…)

J’ai fait un temps de 2h41 ce qui n’est pas très rapide, mais mon seul but était d’atteindre la ligne d’arriver, De plus, il y avait tellement de montées et j’avais l’impression d’aller tellement lentement que je pensais avoir dépasser les 3h… Mais revenons à cette fameuse journée.

Comme vous le savez peut-être déjà, j’avais choisi cette course, car c’était l’une des dernières de la saison (hé oui, l’hiver, le vrai, arrive très rapidement au Canada) ce qui me laissait un peu plus de temps pour m’entrainer (pour rappel, j’ai commencé à m’entrainer au mois de mai).

Capture d’écran 2015-10-28 à 21.53.29

 

Tenue pour la course (J’ai décidé de porter mes plus anciennes chaussures de courses) 

Après une bonne nuit de sommeil, la journée démarre  donc à 6h30 avec une bonne douche.  Je pars ensuite , avec mon amie venue faire la course de 10 km,. Nous repérons les lieux de départ et allons au Tim Horton. J’y mange un peu de gruau (flocons d’avoine) et bois un peu de thé ainsi qu’un peu de Redbull aux bleuets .

Mon amie me dépose à mon départ : une rue résidentielle de Magog… Je marche un peu pour me réchauffer, car il ne fait pas très chaud et une petite bruine n’arrange pas les choses. J’ai d’ailleurs mis un coupe vent avec lequel je n’ai jamais couru.

Les minutes passent et le grand moment arrive, le départ est lancé. On commence avec un faux pas et la pluie se fait plus insistante (elle le sera tout au long de la course), mais ça commence bien et je me réchauffe en courant.

Très rapidement, je remarque les coureurs qui ont mon rythme, je vais faire une bonne partie de la course avec eux.

Le premier ravitaillement arrive rapidement (tous les deux kilomètres), mais je décide ne pas m’hydrater cette fois-ci.

Les kilomètres s’enchainent et voilà déjà au 5e kilomètre. Je me sens bien, on court toujours sur la route à ce stade. Je me dis que le 5e kilomètre est arrivé vraiment rapidement et qu’il y a encore quelques mois, 5km me semblaient interminables.

On quitte bientôt la route pour rejoindre des chemins boueux, j’aurai peut-être du prendre mes Salomons en fait.

Au km 7, je prends un premier gel à l’orange qui n’est pas très bon mais qui fait du bien. Évidemment, maintenant, je prends à boire à chaque ravitaillement (du Gatorade plus que de l’eau).

Et voilà, je suis enfin au 10e kilomètre. Je suis vraiment contente, tout se passe bien pour le moment. Aucune douleur, aucune fatigue seule la pluie est désagréable, mais de toute façon, je suis trempée de la tête aux pieds alors un peu plus ou un peu moins…

Km 11 : Bon là, ça devient difficile, baisse de régime, les montées qui s’enchainement me dépriment un peu, je décide donc de ralentir dans les montées voire même de marcher. Je commence à me faire dépasser et à ralentir le rythme. À partir de ce moment, j’y vais un kilomètre à la fois.

Ravitaillement du km 15 : on m’informe que la partie « bouetteuse » est terminée. Je prends un nouveau gel aux bleuets (bien meilleur) pour pouvoir un peu plus d’énergie. Je vois au loin une montée qui semble ne jamais se terminer. Ça devient très difficile, je m’accroche à ma technique du un kilomètre à la fois.

Kilomètre 18 : Ça continue de monter :-( Allez il ne reste plus beaucoup de temps , je commence à trouver mes jambes un peu lourdes et une ampoule est en train de se former à l’arrière mon pied gauche

Kilomètre 20 : dans une montée, je discute avec une autre coureuse, elle me dit qu’elle a commencé au mois de mai aussi. Ça me motive pour le dernier kilomètre.

Je vois enfin l’arrivée ! Le SAS d’arrivée me semble interminable, mais ça y est je suis arrivée ! Je suis trop contente :-)

Capture d’écran 2015-10-28 à 21.53.21

Face d’après course 

Maintenant, c’est un beau souvenir et j’ai déjà hâte à la prochaine course (peut-être la course du Père Noel début décembre).

J’ai hâte de refaire un demi-marathon et un marathon par la suite. Pour le après, j’ai eu quelques courbatures le lendemain et le surlendemain mais tout allait bien le mercredi (le massage d’1h30 du mardi soir ne devait pas être étranger à la chose 😉 )

Totale Bouette (OCR) – Récit de Course

totale bouette

Samedi dernier, j’ai pris le départ de Totale Bouette, la décision de faire la course s’est prises un peu à la dernière minute puisque j’avais déjà fait Prison Break et le Foam Fest ce mois-ci, mais, comme ma petite sœur voulait profiter d’être à Québec pour faire le plus de courses à obstacles possible, nous avons finalement pris le départ.

C’est une course un peu particulière pour moi, car ce fut, il y a trois ans mon premier contact avec les courses à obstacles. De plus, c’est mon chum qui avait invité et mis en place cette course dans le cadre de son ancien travail.

totale bouette

 La course

La particularité de Totale Bouette est le fait que la course se déroule sur un terrain plat (5km). C’est donc une difficulté en moins. Mais attention, ce n’est pas plus facile pour autant. Par exemple, le Foam Fest présente la difficulté des montées de pistes de ski mais les obstacles sont bien plus faciles que ceux de Totale Bouette.

Cela dit, Totale Bouette reste tout de même une course familiale accessible à la plupart.

Bien que la course se déroule sur le même terrain, le parcours est retravaillé chaque année, mais la tradition veut que le premier bac de bouette se trouve proche du départ. Au moment du départ, il ne faisait pas très chaud et j’ai hésité avant de me jeter dedans, mais réflexion faite, la course s’appelant Totale Bouette j’allais y passer tôt ou tard autant le faire directement.

J’ai bien fait, car l’obstacle suivant consistait à monter sur un mur et sauter dans un bac de bouette profond.

Après ça nous attend un obstacle « tarzan » il faut arriver de l’autre côté d’un bac de bouette à l’aide d’une corde, je tombe évidemment dans la bac d’eau bouetteuse et me fait une belle brulure à la cuisse au passage…

DSC_0840Dire que j’espérais encore me rendre de l’autre côté 😉 

Ensuite, il faut transporter des pneus puis d’autres épreuves dans l’eau bouetteuse (passer sous des grillages en gardant la tête hors de l’eau, monter dans des tuyaux… pour sauter dans un bac d’eau avec de la boue 😉 etc.

avis totale bouette

Et hop 

totale bouette avis

La deuxième partie du parcours propose de plus petits obstacles, dont beaucoup de naturels, pour finalement arriver à l’obstacle final : la glissade.

Finalement, après monter au-dessus, je suis redescendue sans la faire. Les deux personnes qui étaient avec moi la trouvaient trop raide et j’avais trop peur de le faire toute seule 😉

Une très chouette course dont le niveau de difficulté est bien dosé. C’est peut-être une impression, mais, j’ai trouvé les obstacles un peu plus difficile que l’an dernier, mais, c’était une bonne chose 😉

Petit bémol, le temps d’attente aux obstacles était vraiment très élevé et certains obstacles étaient faits pour des géants (murs d’escalades, monkey barres trop épaisses et trop éloignées)

Ambiance

Bien que l ‘on retrouve des personnes déguisées lors de nombreuses courses à obstacles, j’ai l’impression qu’il y en a beaucoup plus à Totale Bouette, c’est du moins ce que je constate depuis trois ans.

Par ailleurs, l’animateur qui lançait les départs était excellent

Autre

J’ai bien aimé la médaille 😉

Médaille totale bouette

Au final, j’ai fait une course à obstacles par semaine pendant trois semaines, ce n’était pas prévu au départ mais très plaisant. La prochaine course à obstacles devrait être la X-man Race qui aura lieu en septembre à Québec mais je ne suis pas encore inscrite. D’ici là, je vais laisser mes genoux écorchés se cicatriser un peu 😉

5k Foam Fest Québec – Avis sur la course

Départ Foam Fest

La Course

La course est de parcours de 5km au centre de Ski Le Relais. Le concept : courir dans de la mousse et faire des glissades.

Le départ se fait dans la mousse, on enchaine ensuite avec un obstacle dans lequel il faut sauter. On se retrouve ensuite dans la boue avant d’entamer une première montée. Une fois la montée terminée, après un ravitaillement plus que bienvenu, il y a des palissades (ma bête noire), heureusement, celles-ci sont plus faciles que d’habitude, il y a des espaces ce qui permet de monter la palissade presque comme une échelle (mais ça ne m’empêche pas d’avoir peur pour autant ^^).

Départ Foam Fest

Nous continuons la course durant laquelle les obstacles se succèdent : petite glissade avec arrivée dans l’eau, toiles d’araignée, pyramide en cordage (que je n’ai pas faite) passage dans la mousse etc. Évidemment après avoir monté les pistes de ski, il faut les redescendre. Nous arrivons bientôt à l’obstacle ultime Dead Drop. Comme vous le savez, j’ai le vertige, mais, en même temps, j’adore les glissades donc je suis partagée entre excitation et appréhension. Il y a deux glissades côte à côte, je monte donc « l’escalier » pas rassurant pour pouvoir faire la descente avec ma sœur. Arrivée en haut, je regarde la glissade, elle est vraiment très inclinée, mais bon, il faut bien redescendre. Je couche et rabats mes bras à la façon d’une momie. C’est parti ! La descente est vraiment rapide et se termine dans un bac d’eau. C’était vraiment cool ! Je le referai bien, mais il faut continuer.

Death DropPhoto : Death Drop à la Foam Fest de Toronto. Crédit : Twitter de 5K Foam Fest 

Nous arrivons au dernier obstacle, il s’agit d’une glissade à 4 couloirs qu’on a déjà eus deux fois, mais cette fois-ci elle est en pente contrairement aux deux autres fois où elles étaient posées sur du plat. Je me lance et arrive presque à la fin d’une traite.

Ma sœur me suit, mais malheureusement tombe violemment sur son genou. Heureusement, plus de peur que de mal, elle gardera juste une grosse ecchymose.

Nous arrivons finalement à l’arrivée où nous attend la médaille, le t-shirt un photographe qui prend une photo de l’arrivée.

J’ai vraiment eu beaucoup de plaisir à faire cette course, même si je trouvais dommage d’avoir plusieurs fois les mêmes obstacles. De plus, quelques obstacles de plus n’auraient pas été de trop.

Ambiance

C’est une course très conviviale que vous pouvez faire entre amis ou en famille. Dans notre groupe, il y avait des enfants et des adultes qui faisaient la course pour la première fois et tout le monde a apprécié son expérience.

Autre

Si vous vous voulez vous initiez aux courses à obstacles, mais que vous avez un peu « peur », celle-ci sera parfaite pour vous ! Vous aurez un très bon aperçu de ce qu’est une course à obstacles avec un côté ludique en plus.

Bien que la course soit très grand public et qu’il n’y a pas beaucoup d’obstacles, si vous souhaitez faire un chrono, vous pourrez également, car il y a très peu d’attente aux obstacles (à par , peut-être, pour le Death Drop, mais l’attente demeure très acceptable). Du moins pour les premières vagues.

IMG_1491

 

À bientôt 😉