Comment continuer de courir pendant les vacances (d’été et les autres) ?

plage

L’été est bien installé et pour beaucoup d’entre nous, il est également synonyme de vacances. Qui dit vacances dit modification de sa routine et donc de son entrainement de course à pied : voyages à l’étranger, visite de la famille, festivals, etc. Pas toujours facile de maintenir ses sorties de courses et de maintenir le cap de l’entrainement. Par ailleurs, même si vous n’êtes pas en congé en cette période, les températures élevées limitent les plages horaires durant lesquelles on peut courir. D’ailleurs, pas besoin de vacances pour perdre sa motivation.

vacances

Dans ce billet, je vous propose quelques pistes pour gérer au mieux cette période.

Une première remarque avant de commencer : la course à pied doit avant tout rester un plaisir et non une contrainte surtout pendant les vacances, vous pouvez donc revoir à la baisse votre entrainement. L’important et de continuer à courir même si les distances et la fréquence sont un peu moindres. C’est aussi l’occasion de recharger vos batteries.

Si vous prenez congé, mais n’avez rien de particulier de prévu, c’est peut-être l’occasion d’augmenter un peu l’intensité de votre entrainement ou encore d’essayer de nouvelles choses :
trail, fractionnés, entrainement en escalier, etc. À vous de voir

plage

Si vous partez en vacances à l’extérieur, faites du repérage sur Google Maps pour trouver de nouveaux itinéraires proches de l’endroit où vous dormez. Si vous partez à l’étranger, sachez qu’il existe des tours touristiques pour coureurs. Une belle façon de découvrir une nouvelle ville.

Si vous allez rendre visite à votre famille ou qu’elle vient voir, peut-être avez-vous des coureurs dans votre famille, c’est l’occasion de courir avec eux et de partager votre passion.

Si ce n’est pas le cas, mais que vous souhaitez tout de même profiter pleinement de votre famille, essayez de courir le matin en vous levant (pour peu que vous ne vous réveilliez pas à midi, mais là, c’est un autre problème 😉 ) . Vous aurez ainsi toute la journée devant vous.

Profitez également de l’été pour ajouter un peu de natation à votre entrainement. Que ce soit dans une piscine ou dans un lac, n’hésitez pas à faire un petit plongeon après votre sortie de course.

Les voyages sont propices aux randonnées, n’hésitez pas à en faire en complément ou à la place de vos sorties de course.

Une autre bonne façon de maintenir le niveau de votre entrainement : inscrivez-vous à une course pendant vos congés ou rapidement à votre retour ainsi même si vous vous relâchez un peu trop, vous savez qu’il faudra vous ressaisir rapidement une fois les vacances terminées.

Dernier élément : soyez réaliste dans votre planification. Si vous savez que vous serez épuisé après avoir parcouru une nouvelle ville toute la journée ou fait une randonnée, cela ne sert à rien de prévoir une sortie de course si vous savez d’avance que vous n’aurez pas le courage de la faire 😉 .

Bonnes vacances !

Pourquoi j’aime (aussi) les courses à obstacles (OCR) ?

Première spartan Race

Comme vous le savez peut-être, ou peut-être pas, j’aime beaucoup faire des courses à obstacles.

Tout à commencer il y a deux ans lorsque mon chum a organisé pour son travail : Totale Bouette une course à obstacles à laquelle il m’a proposé de participer avec plusieurs amis.

La course s’est déroulée au mois d’août et fut une excellente première expérience grâce aux obstacles variés et terrain plat.

À l’époque, je ne courrais pas et je n’aimais pas ça donc je redoutais un peu les phases de course à pied, mais, finalement, la répartition des obstacles faisait en sorte que je n’avais pas le temps de m’ennuyer.

Ce fut ma seule expérience OCR de 2013. En 2014, en plus de participer encore à Totale Bouette, j’ai décidé d’accompagner mon chum à la fameuse Spartan Race qui avait lieu au Massif de Charlevoix. La course existe dans plusieurs distances, mais, pour une première fois, j’ai choisi la 5km (qui est fait une 5km+ donc c’était un peu plus long en réalité).

Première spartan Race

Moi après ma première Spartan Race

J’ai évidemment trouvé ça un peu plus difficile que Totale Bouette notamment à cause des dénivelées : parcours sur des pistes de ski, démarrage en côte etc. Mais également à cause de la hauteur de certains obstacles (j’ai le vertige, ça n’aide pas). Au final, j’étais vraiment contente de mon expérience et surtout d’avoir terminé la course presque sans entrainement.

Cette année, j’ai démarré la saison avec la Polar Hero, même principe mais dans la neige pour continuer ensuite avec le Défi Forestier.

Mes dernières courses étaient des courses « classiques » mais les courses auxquelles, je participe en Août et Septembre seront des OCR avec Prison Break au mois d’août (que je ferais avec ma petite soeur) et Xman en septembre.

Si je suis assez en forme, j’ajouterai peut-être la course Rushwood à la liste qui a également lieu en septembre.

Ce qui me plait

Le fait que l’on ne fait pas que courir. Il y a de la course, mais surtout des obstacles qui permettent de faire travailler tous les muscles de son corps.

Évidemment, on peut se blesser, mais, j’ai envie de dire que c’est la même chose pour tous les sports. De plus, aucun obstacle n’est obligatoire (aux Spartan Race, vous devrez tout de même faire des burbees lorsque vous esquivez des obstacles). Pour ma part, j’essaie de faire tous les obstacles, une exception demeure : les palissades . Ce ne sont pas les obstacles les plus difficiles, mais, rien n’y fait, je n’y arrive pas et j’ai peur de tomber et de me faire mal.

Évidemment lors de telle course, le temps m’importe peu, tout ce que je souhaite, c’est de terminer la course et d’avoir du fun avec les gens avec qui je participe (je participe toujours avec des amis aux OCR).

Il y a cependant des athlètes élites, de vraies machines qui font des temps exceptionnels et qui sont très impressionnants à voir.

Quelques conseils

Si vous souhaitez prendre part régulièrement à des OCR, commencez par vous acheter des chaussures de Trails. Il existe de nombreux modèles dont certains faits exprès pour les OCR (chaussures Spartan Race de Reebok, Innov8 etc.)

Pour ma part, j’ai opté pour des Salomon Speedcross 3 et j’en suis très contente. D’ailleurs, elles ont également remplacé mes chaussures de randonnées.

 

 Salomon Speed Cross 3

Mettez des vêtements qui sèchent rapidement. Achetez des gants d’entrainement pour vous éviter des vous bruler les mains en descendant une corde ou pour saisir plus facilement les prises sur certains obstacles.

Sauf si vous souhaitez battre des records de temps, un entrainement de course à pied devrait être suffisant pour vous préparer.

Pour terminer, je vous recommande l’excellent site 3 Secondes sur lequel vous retrouvez toute l’actualité de ce sport et bien plus encore.

Bon amusement !

Mon premier 10 km

IMG_1213

Pourquoi ?

Mon but est de pouvoir courir de plus longues distances avec un 21 km en septembre et 42 km en 2016 . Évidemment, il faut que j’augmente mes distances pour arriver à atteindre mes objectifs un jour.

Ici le but était de m’essayer avant ma course de 10 km dimanche prochain.

Au départ, cela faisait partie de mes objectifs du mois de juin, mais je n’y suis pas arrivée.

Je voulais y aller dimanche, mais, là encore, ma lâcheté a pris le dessus ^^

Finalement, je me suis lancée hier grâce à la motivation de mon chum.

Mise en situation

Nous sommes lundi fin d’après-midi, il fait très chaud, je rentre chez moi, passe devant la piscine de mon immeuble et n’est qu’une seule envie : faire un saut dans la piscine et relaxer avec un bon livre en profitant de la chaleur. L’idée d’aller courir 10 km est vraiment loin de moi 😉

Heureusement, mon chum était là pour me motiver et m’accompagner. J’ai également regardé un reportage qui mettait en vedette un dame de 70 ans qui participait encore à des trails et court tous les jours et ça m’a bien augmenté ma jauge de motivation 😉

Qu’est-ce qui change par rapport à 5km ?

Bien qu’il m’arrive de courir 5km sans prendre à boire, je n’imagine pas courir 10km sans avoir que ce soit à boire. Mais je n’ai pas envie non d’être gênée par une bouteille d’eau à tenir tout au long du chemin. J’ai donc opté pour un Camel Bak et comme je n’avis plus rien manger depuis midi (et qu’il était 19h), j’ai opté pour 500 ml de Gatorade (d’où la langue toute bleue ^^) histoire de pouvoir tenir durant toute la sortie.

IMG_1213

Je courais accompagnée, mais, pour une telle distance et plus, j’ai pris mon téléphone au cas où.

Évidemment, c’est plus long qu’un 5km et même si d’habitude, je suis contente de tomber sur un feu vert lorsque je dois traverser, pour les 10 km, j’accueillais les feus rouges avec beaucoup d’enthousiasme 😉

Mon chum avait choisi un parcours idéal : du faux plat à l’allée et donc un retour en légère descente qui faisait très plaisir 😉

10 km

Arrivée à 5km, nous avons un peu marché avant de reprendre la course.

Le retour a été bien plus facile que l’allée.

Après la sortie

Après la sortie, j’étais fatiguée (mais pas plus qu’après 5km en fait), mais très contente puisqu’il n’y a pas encore si longtemps, courir cette distance était inimaginable. Par contre, je n’avais vraiment pas d’appétit donc je n’ai rien mangé (je n’aime pas manger tard le soir en général, mais là, j’en étais incapable). Je me suis même sentie un peu nauséeuse au moment d’aller dormir, mais c’est rapidement passé.

J’avais les mollets en feu, mais là aussi c’est vite passé. Quelques courbatures le lendemain matin, mais plus rien à midi.

Bref, je me suis sentie très bien après ce 10 km et j’ai hâte d’être dimanche pour recommencer 😉

 

Courir l’été (par fortes chaleurs)

courir l'été

Quelques astuces pour courir lorsqu’il fait chaud

 

Même si les températures varient fortement ces derniers jours, mes derniers entrainements se sont tous déroulés par temps chaud. Voici quelques conseils pour que vos sorties de course se déroulent au mieux. Des rappels de base, mais, qu’il ne faut pas négliger.

 

Vérifiez VRAIMENT la température.

Lors de ma dernière sortie, le temps semblait couvert et je pensais qu’il faisait frais. J’ai donc opté pour un jogging long en coton et un t-shirt long en matière technique. Choix que j’ai regretté après seulement 10 minutes tandis je courais sous un soleil de plomb.

Cela s’applique également dans la situation inverse. Le temps peut vous sembler clément alors que la pluie ne va pas tarder. D’ailleurs, je vous recommande l’application Skymotion qui permet de savoir si la pluie va tomber dans la prochaine heure et demie.

courir l'été

Bon, c’était une randonnée et non une course, mais, promis il faisait très chaud 😉 

Pensez à vos hydrater correctement

Hydratez-vous avant de courir, mais également pendant votre entrainement. J’avais pour habitude de ne pas prendre à boire pour mes sorties jusqu’à 5 km. Évidemment, pas fortes chaleurs, c’est tout sauf une bonne idée. N’attendez surtout pas d’avoir soif pour boire. Si vous ressentez la sensation de soif, c’est que vous avez attendu trop longtemps déjà.

Un Camelbak est idéal pour cela étant donné que vous pouvez boire tout en courant sans attendre d’avoir soif.

 

Choisissez bien vos vêtements

De préférence amples et techniques afin de permettre à votre corps de se refroidir plus rapidement.

 

N’oubliez pas vos lunettes ni votre casquette

Protégez-vous des rayons du soleil et des coups de chaleur. Par ailleurs, la casquette remplacera aussi le port du bandeau en évitant d’avoir les cheveux dans les yeux ainsi et de la sueur qui coule.

Évidemment, il est aussi très important de protéger vos yeux du soleil et de vous éviter la migraine et des problèmes de vue.

Ni votre crème solaire

Ce n’est pas un réflexe, mais il est important de protéger sa peau du soleil lorsqu’on va courir par beau temps. Préférez un indice élevé et n’hésitez pas à épaissir la couche pour vos sorties plus longues.

 

Ne vous précipitez pas sous une douche froide

Après votre course, vous serez tendez d’aller directement prendre une bonne douche diète ou froide. Si possible, attendez un peu que votre température baisse naturellement .

 

Bonne course ensoleillée !

Faut-il courir lorsqu’on est malade ?

courir malade

Bonjour,

aujourd’hui, un petit sujet qui touche tout le monde et qui tente de répondre à la question suivante : faut-il courir lorsqu’on est malade ?

courir malade

Pour commencer, cet article n’a rien de médical, mais est une opinion personnelle 😉

Que ce soit en hiver, au printemps où les températures sont changeantes ou même l’été (merci la clim), nous avons tous été confronté aux rhumes, grippes et autres maladies.

Pas toujours évident d’aller s’entrainer dans ces conditions. Alors faut-il le faire oui ou non ?

Pour résumer ce qui suit, je dirai que ça dépend surtout de l’ampleur des dégâts.

Durant l’hiver, j’au trainé un rhume pendant plusieurs semaines, période durant laquelle je ne me suis pas entrainée. Avec le recul, je pense que j’aurai pu prendre sur moi et recommencer l’entrainement plus rapidement.

Si pendant plusieurs jours, je ne pouvais vraiment pas pu m’entrainer car j’avais de la fièvre et éternuais vraiment tout le temps , une fois cette phase intense passée, j’aurai pu retourner m’entrainer et je pense que ça aurait même accélérer la guérison.

Récemment, j’ai pris un coup de froid (quand on passe de 28 degrés à 16 degrés en un jour) accompagné des symptômes d’une « gripette » mais c’est fois-ci, j’ai décidé de continuer l’entrainement.

D’après moi, vous ne devriez pas aller courir si :

– Vous souffrez d’un mal de tête très intense

– Vous avez de la fièvre

– Vous ressentez des frissons

– Vous souffrez de maux de ventre

– Vous êtes sujet à une grande fatigue

– Vous souffrez d’un mal de gorge intense (douleur, ganglions)

– Vous avez la nausée

Vous devriez tout de même aller courir si :

– Votre nez est bouché

– Votre nez coule (pas trop quand même)

– Vous avez un peu mal à la gorge

Si vous courez en soirée, je vous suggère de terminer par une bonne douche/bain et de boire une tisane (le thé « à la rescousse de maman » est très efficace si vous souhaitez vous endormir rapidement) avant de vous mettre au lit tôt pour récupérer plus vite.

Bon rétablissement et bon entrainement.